Home Genre Gagner de l’argent public avec des candidatures féminines

Gagner de l’argent public avec des candidatures féminines

by Réné Ramissou
Il est fait obligation aux partis et aux groupements politiques de présenter un minimum de 30% de femmes.

Le Conseil des ministres du 25 novembre 2020, a, au titre du ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, en liaison avec ceux de la Justice et des Droits de l’Homme, de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, de l’Economie et des Finances et celui du Budget et du Portefeuille de l’Etat, adopté un décret portant modalités d’application de la loi N° 2019-870 du 14 octobre 2019 favorisant la représentation de la femme dans les assemblées élues. Ce décret fait obligation aux partis et aux groupements politiques de présenter un minimum de 30% de femmes sur le nombre total de candidats présentés lors des élections des députés, des sénateurs, des conseillers régionaux, des conseillers de district et des conseillers municipaux, tant pour les scrutins uninominaux que pour les scrutins de liste.


En vue d’encourager les formations politiques à favoriser davantage la représentation de la femme, un financement public supplémentaire est prévu pour tout parti politique ou groupement politique dont le nombre de candidates atteint au moins 50% sur le nombre total de candidats présentés au cours de la consultation électorale. Il faut rappeler qu’aux élections législatives du 18 décembre 2016, ce sont 29 femmes qui ont été élues comme Députés à l’Assemblée Nationale. Ainsi donc, de 24 députées à la législature 2011-2016, elles sont 29 femmes à siéger à la 1ère législature de la IIIè République pour un parlement qui compte 255 députés. Sept (7) élues le sont sous la bannière des indépendants. En ce qui concerne le Sénat, le Chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara a choisi 11 femmes sur 33 sénateurs nommés. En outre, au terme des élections municipales dernières, tenues dans le dernier trimestre de l’année 2018, 16 femmes ont été élues sur un total de 201 maires.

Lire aussi  Côte d’Ivoire : les vrais enjeux du meeting du stade Houphouët-Boigny du 10 octobre 2020

René Ramissou

Tu pourrais aussi aimer

Laissez un commentaire